Le modèle des services

Notre mode de vie est calqué sur l’évolution des modèles de production. De l’ère agraire, tournée vers une économie rurale et artisanale, à l’ère industrielle, stimulée par des progrès techniques rapides et la consommation de masse, l’ère du service caractérise aujourd’hui notre nouveau paradigme. C’est nous tous – citoyens, consommateurs, particuliers ou entreprises – qui l’avons fait advenir depuis trente ans par nos attentes et nos nouveaux modes de consommation : personnalisation, instantanéité, partage, proximité.

Cette évolution incontestable traduit et porte des bouleversements majeurs, durables et irréversibles. Cette nouvelle économie de services domine aujourd’hui, dans l’indifférence presque générale. Les clefs de notre avenir sont pourtant dans la prise de conscience de ce nouveau paradigme qui s’est aussi imposé en France.

Nous, citoyens-consommateurs, particuliers ou entreprises, avons fait évolué nos modes de consommation vers une association de produits et de services (des solutions).

Nous avons changé nos habitudes :

  • Nous consommons où et quand nous le décidons - 24h/24h - et dans l’instantanéité
  • Des prestations adaptées à nos besoins, personnalisées voire hyper-personnalisées

Nos exigences sont fortes en matière de qualité, de sécurité, de fiabilité qu’il s’agisse de prestations de service à la personne ou de transactions financières.

Nous sommes à la fois prescripteurs, producteurs et consommateurs de ces nouveaux usages.

Si le consommateur consomme aujourd’hui des « solutions » mêlant produit et services, le modèle économique des entreprises de services diffère de celui des entreprises de production industrielle.

Par ailleurs :

  • Les jeunes générations demandent plus de collaboratif, d’espaces de co-création, de souplesse d’organisation entre vie professionnelle et vie privée.
  • Des jeux d’acteurs nouveaux apparaissent : c’est le rapide qui mange le lent et plus seulement le gros qui mange le petit.
  • La création d’entreprise dans les services est généralement moins capitalistique au début et la croissance peut être très rapide.
  • Les services sont soumis à des exigences de compétitivité qui peuvent les amener, eux aussi, à délocaliser tout ou partie de l’activité.

Le digital et les objets connectés amplifient les possibilités d'’expression des nouveaux besoins et comportements.

Le numérique, c’'est un moyen, un outil qui démultiplie les potentialités de toutes les entreprises, particulièrement celles du service.

Les services sont particulièrement compatibles avec cette révolution technologique, ils ont le même ADN (réactivité, proximité, adaptabilité…).

En témoignent la floraison des innovations dans les services existants et la création de services nouveaux.

Twitter

Gps_Services RT @CercleLesEchos: OPINION. Avec les nouvelles technologies et la transformation des usages, les activités servicielles sont appelées à se…
Gps_Services RT @CCI_IdF_Presse: [Tribune @didier_kling pdt @CCI_Paris_IdF] #EconomieServicielle : L'ère des #services ne fait que commencer via @LesEch
Gps_Services RT @jubertiaux: @CMartinGps @pgoetzmann @Gps_Services @CCI_Paris_IdF L'exemple de proposer désormais de venir chercher son linge sale et de…
Gps_Services RT @CMartinGps: @pgoetzmann il y a un glissement de la valeur vers l’usage du client, le service - l’enjeu pour les acteurs économiques est…
Gps_Services RT @CMartinGps: ⁦@pgoetzmann⁩ : « Nécessité, en matière de services, d’avoir une logique « écosystémique » entre des acteurs même concurren…
Le site du GPS utilise Google Analytics, aucune donnée personnelle sensible ne sera utilisée.
Vous avez le choix de nous autoriser à déposer le cookie Google Analytics à des fins de mesure d'audience, ou de refuser, en cliquant sur le bouton correspondant.
En savoir plus Accepter Refuser