“Les investissements d’aujourd’hui sont les emplois de demain” Cette affirmation que l’on prête habituellement à Helmut Schmidt, ancien chancelier allemand est plus que jamais d’actualité. Le gouvernement qui, le 10 avril dernier, a décidé de donner un coup de pouce aux investissements sous forme d’un avantage fiscal, en fait la démonstration. Mais comment ne pas s’étonner qu’il limite cette aide aux seuls investissements industriels ? Les services sont pourtant un levier efficace parce que plus immédiat pour la création d’emplois.

En moyenne, nous indique le baromètre économique des services de mai 2015, au cours des 10 dernières années, les services ont créé 18 200 emplois nets par trimestre tandis que le reste du secteur marchand en détruisait 12 500 nets. L’indicateur avancé de l’emploi du premier trimestre 2015, nous apprend par ailleurs que le taux de croissance enregistre sur la période 27 000 créations nettes d’emplois, une contribution non négligeable à la lutte contre le chômage. Poursuivons la démonstration : les performances de notre pays ne sont pas dans tous les secteurs à la hauteur des enjeux. C’est l’Allemagne qui consacre la part la plus importante de l’investissement des services (hors activité immobilière) aux services aux entreprises, 20,1% contre 17,2% pour la France, 14,4% pour le Royaume Uni. Si l’orientation de l’investissement des services anglais est comparable à celle de la France, l’information communication (12,4%) y capte une proportion bien plus importante de l’investissement. Voilà deux domaines où des efforts sont nécessaires car ils permettront d’améliorer la compétitivité hors coût des productions industrielles et de renforcer les performances d’un secteur d’activité à fort potentiel de développement.

Gardons à l’esprit les trois courbes de ce baromètre, soulignant les évolutions divergentes depuis 2010 du chiffre d’affaires des services entre la France, l’Espagne et le Royaume Uni, ascendantes pour ces dernières et stables voire déclinantes pour notre pays. Et nous comprenons que le moment est venu d’aider nos entreprises de services à investir pour l’avenir dans la formation des hommes et des femmes et dans les outils numériques, si l’on veut gagner le pari des services.

Christian Nibourel
Président du GPS

Téléchargez le baromètre économique

Téléchargez le communiqué de presse

Twitter

Gps_Services En France 8 emplois sur 10 sont dans les services. L’apprentissage dans les services, c’est l’assurance de trouver… https://t.co/aIkv5Ocoum
Gps_Services Le président du ⁦@Gps_Services⁩, @CNibourel⁩ a rencontré Mme Gao Ministre conseiller économie à l’Ambassade de Chin… https://t.co/Q9IUzuuLNf
Gps_Services RT @FedeProprete: A l’issue de la réunion avec le Secrétariat d’Etat @Egal_FH, la @FedeProprete réaffirme sa volonté, comme c’est le cas de…
Gps_Services RT @FedeProprete: Rendre visible des métiers pourtant utiles à tous, Philippe Jouanny, président de la FEP sur Public Sénat https://t.co/6U
Gps_Services RT @CMartinGps: JP Sancier @UnionTLF : L’empilement des mesures (suppression niches fiscales, taxation fins de contrat, ...) pèse sur nos c…
Le site du GPS utilise Google Analytics, aucune donnée personnelle sensible ne sera utilisée.
Vous avez le choix de nous autoriser à déposer le cookie Google Analytics à des fins de mesure d'audience, ou de refuser, en cliquant sur le bouton correspondant.
En savoir plus Accepter Refuser